• Album 2

    "Loré au Château

    du Marquis de Sade > 2/3"

     

    … Puis ma bouche entre en scène en provoquant les gémissements de l'inconnu, je lui lèche les couilles…

     

     

     

    … avant de m'appliquer à l'enfoncer jusqu'au plus profond de ma gorge…

     

     

     

     

    … en réprimant mes nausées tout en essayant de lui donner un maximum de plaisir... Pensant à Cathy, je reste souriante et décontractée tout au long de ma fellation et quand les gémissements de l'homme me signalent qu'il ne va pas pouvoir se retenir plus… j'enlève le haut et c'est nue que je le finis entre ma bouche et ma main recevant son sperme chaud sur le haut de mon buste...

     

     

     

     

    … Je le nettoie soigneusement en avalant le reste de son sperme. L'homme repu se retire et je me retrouve seule et nue dans ces toilettes… Je m’essuie sommairement avec du papier toilette…

     

    Chapitre 17

     

    Quelques minutes plus tard, Gilbert revient me chercher et après une douche rapide et une pose chez l'habilleuse pour enfiler un petit déshabillé rose et des escarpins noirs, il me guide vers un autre salon où m'attendent trois jeunes noirs qui, après m'avoir matée…

     

     

     

    … me font mettre à poil devant une demi douzaine de voyeurs qui semblent apprécier cette partouze annoncée entre une blanche et trois noirs qui promet d’être chaude vue la taille des bites de jeunes hommes… Ils n’épargnent aucun de mes trous et multiplient les doubles et triples pénétrations, me faisant hurler plusieurs fois de plaisir…

     

     

     

     

     

     

     

    … Quand ils en ont fini avec moi, je pense en moi-même que je commence à beaucoup aimer ces salons à thème… ils ont joui deux fois chacun… ce qui satisfait pleinement ma libido démesurée !

     

    Chapitre 18

     

    Je vais à la douche les jambes flageolantes et l'habilleuse m'équipe avec une curieuse tenue de cuir qui laisse mon cul, mon sexe et mes seins nus.

    Gilbert me conduit dans un salon qui est dans le noir absolu, exception faite

    d'une scène sur laquelle est disposée une table médicale derrière laquelle trône une machine à baiser...

    Je comprends vite qu'il n'y aura peu d'intervention extérieure et que cette machine va user et abuser de moi pour faire plaisir aux voyeurs en leur offrant mes orgasmes...

    Le mandrin de la machine est d'une taille raisonnable et, un peu contractée, je m'installe en levrette sur la table... Une main anonyme fixe mon harnais à des chaînes, dirige le gland vers ma chatte et met la machine en route.

    Je me retrouve livrée à moi même en tournant le dos à cette machine qui fait son œuvre en moi... En levrette le mandrin est juste à la hauteur de mon sexe et n'a aucun mal à s'enfoncer en moi : il me pistonne à une allure inouïe, et dans tous les cas beaucoup plus rapidement que ne le ferait un homme...

     

     

     

    … Après deux orgasmes que je ne peux cacher à mes spectateurs, l'inconnu revient, me fait me redresser et ouvrir mes fesses de mes mains avant d'appliquer la tête du mandrin sur mon anus, ce qui est applaudit par tout le monde et lentement mais trop excitée par la situation et les regards qui me fouillent je m'achemine vers un orgasme du cul, très rare chez moi mais très spectaculaire et qui ne laisse personne indifférent...

     

      

     

    … Après cette série d'orgasmes, je m'écroule sur la table, alors que la salle se vide... Gilbert vient me délier et, après la douche il me dit que ma Maîtresse m'attend dans son salon...

     

    Chapitre 19

     

    Quand je la rejoins, elle est seule dans son salon, face à un grand écran plat : « Nous allons regarder ensemble une séance très dure, pour laquelle tu n’es pas encore prête… Je suis sure que ça te plaira et que tu me supplieras bientôt de t’anneler pour bien affirmer ta condition d'esclave ! ».

    Elle s'assied, jupe relevée, chatte nue et cuisses ouvertes et choisit une position qui me permette de voir l'écran tout en lui mangeant la chatte...

    La séance est en effet très dure et éprouvante à suivre, j'espère en moi même que je n'arriverai jamais à ce point...

     

     

     

     

     

     

    … Cathy a déjà joui une fois et elle me prend par les cheveux pour mieux plaquer ma bouche contre sa chatte gluante en me murmurant :

    « Regarde bien salope, tu es trop débutante pour subir ça, mais la prochaine fois tu te retrouveras comme cette pute sur ta chaise électrique avec les nichons pompés tu verras que très vite tu ne pourras plus t'en passer ! »…

     

     

     

    … Elle est repue quand la séance cesse... Je me mets à la place de cette soumise qui a subi une séance que je n'aurais jamais pu supporter mais Cathy

    sentant ma crainte me rassure : "Tu y viendras un jour... mais pas tout de suite, tu as encore une longue éducation à subir !"

     

    Chapitre 20 

     

    Elle me redresse et me dit :

    « Avant de te laisser continuer dans les salons qui t'attendent... je suppose que tu te rappelles de ma promesse quand nous sommes arrivées au château ? ».

    « Oui, Madame, je m'en souviens très bien ».

    « Parfait, reste à poil et suis moi, nous allons prendre l'air ».

    Je la suis un peu inquiète, au passage elle enfile son manteau, demande à Nana quelqu'un pour l'aider, prends un vibro-masseur et nous sortons tous les trois dans la cour enneigée... Elle demande à l'assistant de m'attacher solidement à un arbre : « Nous allons la laisser une dizaine de minutes comme ça et après je la coucherai dans la neige pour la finir ! »...

     

    ...L'homme s'exécute... Au bout de dix minutes je tremble de partout,

    totalement congelée, Cathy tourne autour de moi en me caressant tous les endroits sensibles ce qui, malgré le froid, m'excite au plus au point...

    Elle se décide enfin à me faire libérer et m'oblige à me coucher dans la neige sur le dos après m'avoir mit des bottes et un écarteur de jambes...

     

     

    … Puis en me dominant de toute sa hauteur elle pose le vibro masseur sur mon clitoris en me conseillant :

    « Plus vite tu jouiras plus vite tu auras le droit de te réchauffer »…

    Je suis tellement excitée que je sens mes sécrétions couler sur ma chatte congelée... Et la situation est telle que je jouis très rapidement en hurlant comme une folle ce qui fait sourire Cathy !

     

    Chapitre 21 

     

    Dès notre retour, Cathy retourne dans son salon, alors qu'une bonne douche chaude me fait le plus grand bien.

    Je constate que cet orgasme dans des conditions un peu extrême ne m'a pas refroidie, mais bien au contraire m'a mise dans de bonnes conditions...

    Dès ma sortie, Gilbert me reprend en main et après la traditionnelle habilleuse

    il me conduit dans un salon où il m’enferme, très peu vêtue, dans une cage recouverte d'un rideau…

    Quand le rideau est retiré je me retrouve dans un décor d'appartement encadrée de deux dominantes...

     

    … Après quelques railleries en forme de bienvenue sur ma condition

    de jouet destinée uniquement à leur bon plaisir et des voyeurs de la salle,

    elles me sortent de la cage et commencent sans préambule à jouer

    de mon obéissance et de ma résistance...

     

     

    … Un bondage sévère et un bâillon démarrent la séance alors que je dois nettoyer un escarpin avec ma langue... Mais l'humiliation n'est pas la seule spécialité de ces femmes qui me fessent mon cul nu et se font lécher les chattes avant de s'occuper de mes tétons avec des pinces extrêmement dures...

     

     

    … Puis après m'avoir posé un écarteur de pieds, elles se munissent de godes ceinture impressionnants et profitent de mes orifices sans aucune vergogne

    ni tendresse me pénétrant comme si elles voulaient me défoncer...

     

     

     

     

     

    … Elles se partagent entre ma bouche et ma chatte avant de m'imposer

    une double pénétration qui ne me donne aucune possibilité d'éviter un orgasme applaudit par la salle…

    Elles finissent en m'attachant en croix contre une paroi et en m'obligeant à pisser longuement dans une cuvette de métal placée sous moi…

     

     

    Elles me laissent comme ça… Quand Gilbert me voit dans cette position obscène,

    il me dit : « Je savais que tu étais la plus salope du lot ! »…

    Sitôt détachée il me couche en levrette sur une table et après quelques allers

    et retours dans mon ventre…

     

     

      

    … il se vide les couilles dans mon cul avec un réel soulagement

    accompagné de soupirs de joie...

    « Comme tu n'es qu'un sac à foutre... pas de douche, tu vas directement t'habiller et je te conduirai à ton prochain salon où tu es attendue ! »

     

    Chapitre 22 

     

    Quand j'entre, je me demande ce qui va m'arriver, mais comme j'enchaîne

    les jouissances, je suis dans un état second et je me sens prête à toutes

    les humiliations, ce pourquoi je suis venue…

    Apparemment je ne vois pas de spectateurs...

    mais je sais que les caméras sont là...

    Une femme ne tarde pas à entrer... son visage est aimable mais ses yeux vicieux et mon intuition féminine ne me trompe pas car je passe un moment

    redoutablement douloureux et humiliant avec elle...

     

      

     

     

      

      

      

     

     

    … Elle termine en me fistant tout en se faisant jouir bruyamment...

    « Tu dois te demander pourquoi je n'ai pas voulu de spectateurs dans le salon ? C'est simplement parce que je t'avais remarquée et j'ai entendu dire de toi que tu étais la plus salope et que tu faisais tout par plaisir et non par obligation...

    Et ce tête à tête me l'a prouvé tu es vraiment une chienne née et ta propriétaire a beaucoup de chance ! ».

    Elle se rhabille et sort du salon me laissant nue couchée sur le sol, un peu groggy…

     

    Chapitre 23 

     

    C'est un autre assistant qui vient me faire faire le circuit traditionnel de la douche et de l'habilleuse avant de me conduire dans un autre salon où m'attend

    un dominant et une demi-douzaine de voyeurs, assis en demi-cercle autour

    d'une scène reconstituant une cave...

     

     

     

      

     

     

      

     

    … Quand l'homme cesse de s'occuper de moi, nue, attachée sur une chaise,

    je réalise que j'ai rarement rencontré un dominant de cette trempe :

    très fort en bondage et en douleurs variées mais en même temps très attentif

    au plaisir de sa soumise, car, je ne sais pas combien de temps a duré la séance, mais entre le vibro-masseur et le pieu avec lequel il m'a défoncée,

    j'ai joui trois fois... Et je garde en tête l'orgasme extrêmement dur que j'ai eu, suspendue par les pieds, seins lestés avec le pieu au fond de moi et celui du cul qu'il a eu du mal à obtenir de moi en toute fin de séance... Je lui souris…

     

     

    … il sourit en me regardant : "Dur de t'envoyer en l'air par le cul ! Mais j'y suis arrivé ! Tu es vraiment une soumise idéale, maso mais résistante et d'une obéissance parfaite doublée d'une envie de jouir que doivent t'envier

    bon nombre de femmes"...

    Je ne réponds rien alors qu'il quitte le salon, mais j'espère que Cathy sera fière

    de ces compliments d'un professionnel de la domination...

     

    Chapitre 24 

     

    Gilbert vient me délivrer et m'indique qu'après la douche je dois me rendre

    à poil dans la grande salle. J'y arrive alors que Nana annonce aux participants

    que la soirée va se terminer par un bon repas gastronomique servi

    par les soumises à poil...

    Elle rajoute que des accessoires sont à la disposition de tout le monde

    et qu'elle n'a rien à redire si la soirée se termine en partouze générale...

    Les invités excités par les séances de l’après midi sont enchantés de cette aubaine et dès que nous commençons à servir les premiers plats, certaines d'entre nous sont vite détournées de leur rôle de serveuses !

     

     

     

     

     

     

     

    … J'ai de la chance d'échapper aux humiliations collectives et je ne suis confrontée qu'à une domina très sévère qui s'est mis dans la tête de m'enlever la peau des fesses avec sa cravache alors que certaines de mes compagnes souffrent et sont humiliées beaucoup plus que moi...

     

     

     

     

    Quand tout le monde est repu de sexe, nous terminons le service

    alors que les invités inventent un jeu en trempant leurs doigts dans nos chattes

    pour savoir laquelle est le plus mouillée...

     

     

     

     

     

    ...Nana semble aux anges, tout s'est bien déroulé,

    et elle annonce que s'ils veulent retrouver des soumises en pleine forme à 9 heures du matin, il est temps d'aller au lit...

    Cathy me prend par la main et nous rentrons dans sa chambre où je prends un long bain bien chaud…

    Quand je reviens, je vois un drôle d’engin à côté de son lit !

    Un chevalet de bois muni d’un siège et d’un carcan…

    Elle me dit : « J’ai pensé que tu aimerais dormir à côté de moi ! »…

    Nue, elle me fait l’enjamber… referme le carcan sur mes mains, m’attache les jambes à la base du meuble et me fait lever les fesses pour glisser sur ma chatte un vibromasseur qui me gêne quand je me rassieds…

     

     

     

    A suivre dans "Loré au Château

    du Marquis de Sade > 3/3" 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :