• "Fabienne" > Tome 1

    "Fabienne" > Tome 1

    Fantasme à 4 mains de Robert et Loré (sept 2017)

     

    # 01 - « Avant propos »

     

    Bonjour, je m'appelle Fabienne, j'ai 39 ans, bientôt 40, hélas ! Je suis remariée depuis 4 ans avec un homme que j'adore : Louis, 40 ans aussi et nous n'avons pas d'enfant.

    Mais il a très facilement adopté les 3 miens : un grand gaillard de 20 ans et deux filles de 16 et 18.

    A part la plus petite qui passe son bac cette année, les deux grands sont à l'université de design pour mon garçon et d'informatique pour ma grande.

    Mon mari est adorable, et en plus d'être très séduisant, c'est un amant redoutable avec une libido assez peu commune : il me fait tellement jouir qu'il a fait exploser, en 4 petites années, ma propre sexualité qui, d'envies dites « normales » est passée à,  besoins « quasi permanents » !

    Mais il a un unique défaut qui me navre chaque fois que je l'accompagne à l'aéroport de Saint Exupéry dans la banlieue lyonnaise : son travail de développeur internatio-nal pour une énorme Société de logiciels l'oblige à voyager au moins 15 jours par mois dans le monde entier.

    Mais, heureusement, ce défaut a des avantages : ses voyages ne durent pas très longtemps, et nos retrouvailles sont toujours torrides ! Mais, il faut reconnaître, que le travail à l'étranger est très bien rémunéré et récompensé par de nombreux jours de RTT, soit, pour notre couple : de vrais jours de fête !

    En plus, j'ai du arrêter de travailler, car mon salaire ne servait qu'à payer nos impôts ! Et comme je suis une ex-experte comptable, Louis m'a confié nos déclarations et la gestion de nos comptes et de nos économies. Je vois passer tous les mois sa paye avec quatre « 0 » et, pas forcément  un « 1 »  devant !

    J'ai donc une vie de rêve, une sexualité épanouie, des pauses durant lesquelles la solitude ne me gêne pas trop, mais, au contraire me permet de me reposer !

    Je peux me consacrer totalement à mes enfants, veiller sur ma très belle maison, bien que nous ayiions une très gentille femme de ménage 4 heures par jour et un jardinier-pisciniste deux fois par semaine.

    En plus de deux belles voitures dans notre garage, nous avons une vie sociale très développée, et donc beaucoup de relations mais un peu moins d'amis, comme c'est souvent le cas !

    Vous allez me répondre que tout ceci est intéressant, mais que ce n'est pas ce que vous vous attendiez à lire, alors, avant que vous ne manifestiez dans la rue (allez les soixante-huitards !) avec vos banderoles et vos panneaux : « On veut du cul, rien que du cul, pas de bla-bla-bla, donnez-nous du cul ou nous nous déconnectons ! »

    Et vous avez raison, mais les habitués des récits érotiques voire pornos publiés sur le Web ont de suite deviné que mon récit démarrait comme un « journal intime » !

    Toutefois, avant de « pénétrer mon intimité » (ouaf !), je tenais à vous faire savoir qui j'étais et ce que je faisais de mes journées !

    Et vu que vous m'avez lu jusqu'ici, je vais vous faire un petit cadeau pour vous récompenser : me présenter en photos ! Me voici donc sur trois photos. prises par mon tendre un peu par hasard.

    Elles datent de cet automne, et ont été prises par mon époux, un peu par hasard, dans ma cuisine : l'endroit que je préfère à part, bien sur, notre lit !

    Tome 1

    Tome 1

    Tome 1

    Vous pouvez me répondre, comme tout le monde, que je triche, car je n'ai pas l'âge de mes photos. Mais quand on a un mari qui ne compte pas pour me faire plaisir, (Sans doute pour monnayer un peu mes prouesses sexuelles, mais surtout pour me trouver toujours aussi bandante à 39 ans !) On a les moyens de prendre soin de son corps, de ses rides, de ses cheveux (Qui a dit « blancs ? ») et même de ses seins (Qui a dit : « ils tombent un peu ? ») sans réellement se faire de souci !

    # 02 - « S.O.S. Isabelle ! »

    Je vais donc commencer mon journal plus qu'intime, et j'espère que sa lecture vous donnera du plaisir. Je vous ai dit plus haut, que l'avantage des absences répétées de Louis me permettaient de me reposer, mais, vous avez aussi remarqué que depuis notre mariage, il avait boosté ma libido jusqu'à un niveau jamais atteint.

    Donc, même si une de ses absences ne dure que 3 ou 4 jours, je mentirai en vous affirmant que je ne pensais pas au sexe ou que je ne me masturbais pas dans mon grand lit désert !

    Mais j'ai, à quelques petits kilomètres de chez moi, une amie très chère qui est une ancienne collègue et qui a,  à quelques mois près, mon âge. Je lui confie absolument tout : ma vie de famille, les progrès et les petites historiettes de mes enfants, ma vie sexuelle dont elle aime avoir tous les détails (Elle est très coquine ! Mais je ne sais pas si elle l'est plus ou moins que moi !)

    Quand nous travaillions dans le même bureau, il y a environ 7 ans, nous avons essayé et apprécié le lesbianisme pendant 2 ans, jusqu'à ma rencontre avec Louis. Mais depuis que mon chéri me comble aussi bien, je n'ai pas pu me résoudre à rechercher du plaisir dans les bras d'une femme, même aussi douée qu'Isa !

    Cependant, depuis quelques mois, je trouve le temps long, et je dois avouer que mes branlettes ne me satisfont guère. Je décide donc de rencontrer mon amie qui s'appelle Isabelle, (Bien sur Isa pour ses intimes), et je l'appelle à son bureau pour l'inviter à déjeuner dans un buffet libre chinois proche de son bureau où nous sommes bien connues :

    « Bonjour Isa, c'est Fabienne, tu es en forme ? Avec toujours plein de dossiers sur ton bureau ? »

    « Salut Fab, ouais, comme tu dis ! En plus ils ont viré une fille de mon service, et on doit se partager le peu de boulot que cette fainéante faisait ! »

    « Pas de bol ! Allez, je vais te laver un peu la tête et j'ai besoin de te parler : tu veux déjeuner avec moi chez le Chinois ? »

    « Oups, je comptais rester entre midi et deux pour éponger mon retard, mais tu me sauves la vie ! Après tout il faut travailler pour vivre et non le contraire ! Surtout si tu as besoin de mes conseils, rien n'est plus important que ça ma chérie ! »

    Je ris : « Ok, rendez vous vers 12 heures, la première arrivée réserve la table et commande les boissons, entendu ? »

    « Parfait, à tout à l'heure, bisou, ma Fab, je raccroche »

    Je suis heureuse de ce déjeuner, car je vais revoir mon amie, et en plus, je vais me régaler avec des plats asiatiques, sans vaisselle ni cuisine à faire ! Quel bonheur !

    J'arrive la première, je choisis notre table, commande deux cocktails maison et une grande bouteille de Badoît bien fraîche.

    Deux minutes après, Isa entre. Le printemps lui va bien, elle est dans une tenue super sexy qui me fait lui dire, après le bisou :

    « Dis-donc ! Tu vas au bureau habillée comme ça ? »

    « Mais oui ma chère ! J'ai un beau cul et de beaux nichons et je ne vois pas pourquoi je n'en ferai pas profiter tout le monde ! »

    « Tu as bien raison, le serveur va venir nous dire que nous pouvons aller au buffet, et il sera un de ceux qui vont profiter de la vue que tu offres ! »

    « Tu m'agaces, je vais donc faire tomber mon briquet et me pencher pour le ramasser juste quand il sera face à moi, pour bien qu'il se rende compte de la beauté de mes seins et s'il insiste, je lui ferai une belle pipe dans les toilettes, je n'ai jamais goûté de foutre asiatique ! »

    « Ah ! Ah ! Ah ! Sacrée Isa, tu deviens de plus en plus garce avec l'âge, mais j'adore ton côté excessif ! »

    « Moi aussi, tu le sais bien ma chérie ! Bon, on va piller ce buffet avant que les étudiants ne mangent tout ? »

    « Je te suis mais il faut me promettre que tu ne suceras pas le serveur dans les toilettes ! Je déteste tenir la chandelle ! »

    « Mais non, superbe idiote, je plaisantais ! Allez j'ai faim ! »

    Nous y allons et remplissons deux belles assiettes d'entrées sans nous soucier des regards qui nous déshabillent, enfin, nous ! Je devrais dire surtout Isa !

    Revenues à notre table, nous mangeons en silence car toutes les deux nous avions vraiment faim !

    Je finis mon assiette quand elle me demande :

    « Alors, dis moi, ma chérie, en quoi puis-je t'être utile ? Une idée de voyage ? Un nouvel institut de beauté ? Des adresses de lingerie super sexy ? Où placer les sous de ton Louis ? Dis moi tout, tu sais que je suis pluri-balèze en tout ! »

    J'éclate de rire : « Oh, oui je le sais, et j'ai arrêté de compter les fois où tu m'as bien conseillée, mais je me rappelle avant tout qu'en voyant Louis chez des amis, il y a un peu plus de 5 ans, tu m'as dit : « Ce mec te bouffe des yeux, je crois qu'il est raide-dingue de toi, et, ce, dans tous les sens du terme » ! Et 15 jours après je couchais avec lui ! Et deux mois après nous vivions ensemble et... »

    « ...excuse-moi de te couper, ma chérie, je me rappelle bien de ton mariage, j'y ai tout fait : ton témoin, ta dame d'honneur, le service, une branlette à Louis ! Enfin, je me suis occupée de tout, sans moi tu ne pouvais pas te marier ! »

    « Tu m'as conseillé le meilleur homme de ma vie, et je n'ai jamais pu te rendre la pareille, mais là, je dois te demander un autre conseil qui concerne encore une fois ma vie intime »

    « Tu sais très bien que j'entends tout mais que je ne répète rien ! »

    « Je le sais bien, c'est pour ça qu'en plus d'être ma meilleure amie, tu es aussi ma confidente, je crois que tu sais plus de choses sur moi que Louis lui même ! »

    « Bon, allez, accouche avant que nous allions nous resservir, tu veux un autre cocktail maison ? »

    « Pas raisonnable, mais oui, je veux bien »

    # 03 - « Que puis-je faire durant ses absences ? »

    Elle hèle un serveur pour lui commander les boissons et m'écoute attentivement :

    « Mon problème est simple, durant notre année de concubinage et nos 4 ans de mariage, je t'ai avoué que Louis était un amant extraordinaire et que nous ne baisions jamais sans que je n'ai 4 ou 5 orgasmes d'affilée. Comme les 2 premières années de notre vie commune, il était développeur en France, il rentrait quasiment chaque soir, et donc, chaque nuit donnait lieu à une fête sexuelle, mais depuis 3 ans qu'il est développeur mondial, il part 15 jours par mois, pour des voyages de 2 à 4 jours. Bien sur quand il revient, c'est de nouveau une très grande fête pour nos libidos. Mais, il m'a tellement entraînée à jouir plusieurs fois par jour, que je suis demandeuse en permanence, et n'ayant aucune envie de prendre un amant, le conseil que je te demande est : « Que puis-je faire en dehors de me masturber plusieurs fois par jour quand il n'est pas là ? »»

    « C'est curieux, car il y a quelques semaines, je pensais justement à ce que tu faisais quand Louis s'absentait, et je n'avais pas trouvé de réponse, je me suis dit qu'un jour je devrai te le demander ! Et, en fait, c'est toi qui m'interroge la première ! »

    « Normal, tu me connais par coeur ! »

    « Dis moi, Fab, si on allait se resservir au buffet ? Ca me laisserait le temps de réfléchir, et je te répondrai en mangeant, ça te va ? »

    Je me lève en répondant : « Bien raisonné, allons-y ! »

    Nous nous servons des gambas au sel avec des nouilles chinoises et des échantillons de 3 ou 4 autres plats et revenons à notre table.

    Le garçon apporte nos 2 cocktails, ne s'attarde pas trop dans son décolleté et j'en profite pour lui commander une autre bouteille d'eau, car les sauces, surtout Thaïe sont très relevées.

    Isa semble avoir eu le temps de réfléchir, et entre deux bouchées elle me dit :

    « J'entrevois quatre solutions »

    « Quatre ? Mais comment fais-tu ? Je n'en ai pas trouvé une seule ! Tu as donc une imagination quatre fois supérieure à la mienne ! »

    « Nous n'allons pas mesurer nos imaginations, ma chérie, mais je vais te les proposer, tu es prête ? »

    « J'arrête de manger pour mieux t'écouter »

    # 04 - « Une première idée un peu égoïste ! »

    « Tu fais bien, la première hypothèse est celle qui, bien sur, me convient le mieux : tu sais que je t'aime comme amie, mais j'ai la nostalgie des deux ans durant lesquels nous nous sommes aimées comme un vrai couple, nous baisions, dans tous les coins possibles et imaginables, nous avions des orgasmes phénoménaux, et, dès que nous le pouvions, nous dormions ensemble, enfin, dormir est un bien grand mot, car je ne compte pas les nuits blanches que nous avons passées toutes les deux ! Ni les fous-rires dans les sex-shops quand nous choisissions nos nouveaux gadgets pour nous faire plaisir ! Qu'en penses-tu ? On redémarre à zéro, et on essaye de se refaire du bien comme avant ? »

    « C'est tentant, Isa, c'est vrai que j'ai un souvenir impérissable de nos séances de cul, j'y repense souvent, mais, je crois que la manière dont Louis me baise est tellement différente, que je ne sais pas si je trouverai autant de plaisir dans les bras d'une femme ! »

    « C'est à toi de voir, je pense que tu auras un plaisir égal à 200% quand tu seras dans les bras de ton homme, qu'il descendra à 50% quand tu te branleras seule pour calmer tes envies et qu'avec moi il pourrait monter à 100 ou 150%, car, et tu le sais très bien : mon objectif n'est pas de te faire quitter Louis pour vivre avec moi. Mais, j'aimerais que tu penses à un petit scénario, tout simple »

    « Pourquoi pas, tu veux faire jouer ma cérébralité ? »

    « Oui, tu peux dire ça : « Tu débarques chez moi sans prévenir, je t'ouvre habillée, tu ne réponds même pas à mon « Bonjour Fab », et, sans rien dire tu vas dans mon salon et, en me regardant droit dans les yeux, tu te mets à poil, tu t'assieds dans mon fauteuil de cuir, tu poses tes cuisses sur les deux accoudoirs. Tu es donc largement ouverte et avec un sourire vicieux, tu descends ta main vers ta chatte. Tu y rentres plusieurs doigts et tu te branles en prenant ton temps, sans quitter mes yeux.  Quand je vois dans ton regard que tu vas jouir, je me lève, enlève ta main trempée de ton sexe, je la glisse dans ta bouche, en t'ordonnant d'un ton sec : « Nettoie la bien avec ta langue et tes lèvres de salope exhibitionniste » Je m'agenouille devant toi, toujours habillée et ce sont ma bouche et mes dents qui te font hurler de plaisir pendant de longues secondes, avant de t'écrouler dans le fauteuil, épuisée !

    « Ose me dire, en me regardant droit dans les yeux que ce petit récit ne t'a pas excitée ? »

    Je regarde le sol tout en lui assurant : « Pas le moins du monde, mais, tu m'excuseras car je dois aller aux toilettes pour mettre trois kleenex entre ma chatte et ma culotte ! »

    « Sale bluffeuse ! J'ai vu monter ton envie dans tes yeux, allez, file sinon tu vas tâcher ta jupe ! Moi je vais chercher des desserts »

    « Sois gentille, rapporte deux assiettes identiques, comme ça, à mon retour, je ne perdrai pas de temps et pourrai écouter tes autres suggestions ! »

    Un léger baiser sur sa bouche et je file aux toilettes pour arrêter mon flot de mouille, je me dis que cette inondation est normale. Comme avoué à Isa, je suis en perma-nence demandeuse et la moindre excitation me fait crever d'envie !

    Un petit pipi, je m'essuie soigneusement avant de poser mes kleenex pour protéger ma jupe et je reviens à table. Isa est déjà en train de manger sa crème brûlée.

    « Je suis sûre que la crème brûlée vient d'Espagne, sous le nom de « Crema  Catalana » et je me demande pourquoi on en trouve dans tous les restaurants chinois du grand Lyon ? »

    « Bah, tu sais que les Chinois sont malins et savent s'adapter aux envies des consommateurs des pays dans lesquels ils s'implantent, et comme je crois que c'est un importateur appelé Tang, qui fournit la plupart, tu trouves de temps en temps des nouveautés, comme les « abricots-pêches au sirop » que tu connais bien, toi l'amoureuse de l'Espagne sous le nom de « Melocotones en almibar ». Bon mais tout ça nous éloigne de notre troupeau de montons ! Je continue ! »

    # 05 - « Une deuxième idée un peu téléphonée ! »

    « Avec plaisir je suis toute ouïe ! »

    « Ma deuxième idée est de chercher sur le net un site de recherche d'interlocuteurs pour des dialogues hots, voire pornos pour atteindre par des mots et des demandes excitantes de chacun des deux un orgasme partagé, tu comprends l'idée ? »

    « Oui, c'est un peu « Le téléphone rose de notre ancien minitel avec son fameux 36.15 Ulla »

    « Oui, mais la différence est que si tu trouves un interlocuteur qui te convient : voix agréable, bonne imagination, pas trop pressé de te mettre à poil, poli, pas grossier, intelligent et sachant parler, il te demandera forcément de faire des choses sur toi, ou chez toi, mais tu pourras aussi lui demander de faire sur lui ou chez lui ces mêmes choses, et quand le contact sera bien établi, au bout de 4 ou 5 séances téléphoni-ques, vous arriverez tout naturellement aux selfies coquins, sans montrer vos visages, si tu veux une protection totale, et surtout ne pas te retrouver en mauvaise posture sur le net sur un site amateur-porno ! Qu'est-ce-que tu risques en envoyant, par exemple, une photo de ton cul avec un plug bien enfoncé ? Et pourquoi-pas un clip du moment où tu t'encules ? Pourquoi ne pas lui réclamer en échange un clip de sa branlette pour te prouver que tu l'as bien excité ? Tu vois la différence ? »

    « Oui, tout à fait, je retiens d'office ton idée, car elle m'excite terriblement et me semble facile à concrétiser à partir du moment où je trouve des sites de ce genre, mais Google est là pour me donner un coup de main ! »

    « Pas seulement Google, je t'en trouverai, sois-en certaine ! »

    « Tu as déjà utilisé ce genre de sites ? »

    « Oui, mais pas très longtemps, car l'absence de contacts physiques était pour moi, qui suis célibataire, très frustrante, je préférais des rencontres réelles »

    « Je te comprends ! Je vais essayer de te trouver un Louis ! »

    « Très bien, le tien sera « Louis 1er, l'amant parfait ! ». Et le mien, « Louis 2, le roi des orgasmes ! »

    « Et tu trouvais facilement des rencontres réelles ? »

    « Dans le monde lesbien, oui, en fait, je ne cherchais pas vraiment un homme, car c'était juste après notre rupture, je voulais continuer le plaisir entre gouines. Mais je peinais un peu quand j'ai eu une longue conversation avec une fille inconnue qui m'a conseillée de me renseigner sur le monde du bdsm pour trouver des femmes ou des filles qui aimaient être dominées et obéir à une autre femme, beaucoup plus facilement qu'à un homme »

    « Je pense qu'elle était sage, car, de temps en temps je rentre sur ce genre de sites qui ont le désagrément de me transformer en un torrent, de jus de femme en chaleur,  et l'avantage d'offrir des images ou des vidéos qui me permettent de m'envoyer en l'air, en peu de temps, et à répétition ! »

    « Dis-moi, Fab, et merci de me répondre franchement, car une des idées dépend de ta réponse »

    « C'est juré, je t'écoute Isa ! »

    « Tu viens de me dire que « de temps en temps » tu entrais sur des sites sado-maso, puis-je simplement te demander quelle précision tu pourrais apporter à ton « de temps en temps » ? »

    Je rougis comme une tomate, mais ayant promis de lui dire la vérité, je lui réponds : « Disons que sur quatre jours d'absence de Louis, je vais me branler 16 fois, 4 sous ma douche en me réveillant le matin, 4 dans mon lit le soir avant de m'endormir et les autres 8 fois sont devant ce genre de sites. Je ne compte pas en plus des 16 fois, les jouissances téléphoniques que nous avons Louis et moi ! »

    # 06 - « Bdsm ? Vous avez-dit bdsm ? Comme c'est bizarre ! »

    « Très bien, merci pour ta réponse franche, ma 3ème proposition est de faire dériver un peu ta sexualité vers, justement, ce genre de pratiques, ça fait très longtemps que j'aime te donner des ordres et que tu adores me faire plaisir. Ca nous situe juste dans les deux camps de cette sexualité comme diront les gens honnêtes ou de cette perversion comme diront les frustrés, je crois très sincèrement que tu ferais une soumise fantastique, tu en as le caractère et ta sexualité est si développée que les nouveautés ou les bizarreries ne te feront jamais peur, tu n'y a jamais pensé ? »

    « Pour continuer à ne te dire que la vérité, ce genre de pratiques alimente quasiment tous mes fantasmes ! Mais, de là à passer à l'action et à tomber sur un sadique, j'ai une trouille bleue ! »

    Isa se tord de rire : « Bien sur, mais, il ne faut pas commencer comme ça, tu ne vas pas envoyer des messages du style : « Jeune femme désire se soumettre dans sa région », il te faut démarrer avec quelqu'un qui t'explique ce qu'est le bdsm, en s'appuyant sur des sites web spécialisés, déterminer ta protection et tes tabous : donc ce que tu refuses absolument de faire, et ensuite de faire des essais progres-sifs avec quelqu'un de confiance, qui peut être moi, c'est évidemment ce que je désire le plus au monde, mais aussi des dominas qui font partie de mes relations depuis les quelques années que je fréquente assidûment ce monde où l'on commence à reconnaître mon sérieux et mes manières de faire rassurantes »

    « Je comprends, et je ne savais pas que tu t'étais spécialisée dans ce domaine, si j'avais su, je t'aurais consultée plus tôt ! Mais, tu ne trouves pas que la conversation sexe avec un inconnu risque aussi de tourner à ce genre de relation : j'ordonne et il obéit et le prouve par une photo, ou je lui obéis et une photo le prouve ? »

    « Bien sur que si, tu as déjà vu des barrières dans la sexualité ? Ton mari t'adore, il ne ratera jamais une St Valentin, mais au retour du bon restaurant, il t'enculera sans vaseline en te faisant juste relever ta robe et baisser ta culotte dans le hall d'entrée, mais, en t'obligeant à garder dans ta main le bouquet de fleurs qu'il t'aura offert ! Car c'est un homme, un amoureux romantique, un mari aimant mais aussi un amant qui aime se servir de toi ! Et pourquoi pas te prouver au passage, qu'il est le Maître de ton corps ? Et ça fonctionne : rappelle toi du début de notre conversation : « Il n'est pas question que je prenne un amant », pourquoi ? Car Louis fait ce qu'il veut de ton corps, bien sur, sans oublier de te te faire jouir régulièrement ! »

    « J'aime tes analyses Isa ! Elles sont fantastiques et convaincantes, tu as une science de la vie que je suis loin de posséder ! »

    « Tu es trop tolérante avec moi ! Mais merci pour les compliments ! Tu retiens donc cette 3ème idée, à développer, bien sur en détail, je peux être ta « formatrice » sans être ton « initiatrice », ce qui m'intéresse, c'est que tu trouves ton plaisir en l'absence de ton tendre et, ce, sans le tromper, il te faudra te rendre bien compte que, lorsque tu deviens un objet sans volonté, si ta Maîtresse te dit de sucer un homme ou de lécher les pieds d'une femme, c'est la soumise qui agit et en aucun cas, Fabienne ! »

    « Hum, oui, je vois, mais ça risque d'être dur ! Mais nous en reparlerons très vite ! »

    Nous terminons nos desserts et commandons des cafés et un petit verre de saké, en sachant parfaitement que c'est le patron qui va nous l'offrir, comme chaque fois que nous venons manger !

    « La dernière idée est sans aucun risque pour toi, et elle risque d'être la plus excitante si tu acceptes cet aspect : « obéissance » dont nous parlons depuis 20 minutes. A propos d'heure, je vais passer un coup de fil à mon bureau pour dire que j'ai crevé et que j'aurai une bonne heure de retard, pardonne moi ! »

    # 07 - « Chic, je vais passer à la télé ! »

    Je la laisse téléphoner à son boss pour lui raconter son « gentil mensonge » et vais reprendre 3 desserts qui me font envie, je les dédouble dans une autre assiette pour Isa. Quand je reviens, le serveur est en train de poser nos cafés et nous offre le saké, ce dont je le remercie avec un grand sourire.

    Isa raccroche, et me rassure : « Mon boss m'a dit qu'il n'y avait aucune urgence et que je pouvais prendre mon temps, c'est sympa de sa part, mais, honnêtement, je ne pouvais pas lui dire que j'aidais ma meilleure amie à bien utiliser son cul ! »

    La bouche pleine, je ne peux que lui sourire, Isa est vraiment une fille 100% nature ! Et c'est la qualité qui me plait le plus en elle !

    « Merci pour les desserts, je suis un peu gavée, mais ils sont appétissants, je vais faire un effort . Je suppose que tu attends que je sorte ma dernière idée de mon chapeau magique ? »

    « Je suis morte d'impatience, dis-moi vite ce que ton vice a imaginé ? »

    « Mieux vaudrait me dire : ce que mon imagination a trouvé pour combler ton vice, tu ne crois pas ? »

    J'approuve en riant mais sans lui répondre, je sais bien qu'elle a raison !

    « Allez, je te taquinais ! Donc la dernière idée découle de la deuxième, c'est en fait la même, mais en utilisant un support différent : l'ordinateur, je t'explique tout de suite : je t'indiquerai des sites sur lesquels tu peux t'inscrire gratuitement et créer une fiche très détaillée sur toi : qui tu es, tes goûts, tes envies, ce que tu acceptes, ce que tu refuses de faire et 4 ou 5 photos de toi par exemple : une habillée de face, une autre de dos, une seins nus, une autre cul nu et une dernière dans mon fauteuil de cuir, nue, cuisses largement ouvertes ! Mais, toujours les yeux floutés. Et, tu proposeras des « vidéos-sessions » gratuites, tu suis ? »

    Je fais oui de la tête et elle continue : « Tu as énormément de sites où des professionnelles s'exhibent, alors que le compteur tourne, mais, tu en as beaucoup moins, d'exhibitionnistes non professionnelles, qui proposent gratuitement de se montrer, même masquées, en tenue relax pour commencer, puis en se déshabillant petit à petit et en faisant ce que demande ton interlocuteur »

    « Tu devras créer un e-mail sur ce site et au fur et à mesure que les internautes liront ta fiche, et auront envie de toi, tu recevras beaucoup de propositions. Après un tri en fonction de l'âge, de la manière d'écrire, de l'éducation apparente, des désirs exprimés, tu répondras à ton élu, pour lui fixer le jour, l'heure et la durée de la session que tu lui accordes »

    « Tu pourras le voir sur ton moniteur et l'entendre car, une fois connectée sur ce site, tu verras quand ton interlocuteur sera en ligne, et, tu devras simplement cliquer sur  « Accepter le connexion-vidéo entre votre mail et celui du demandeur », et tu auras une confirmation de « Connexion privée et sécurisée » qui s'affichera sur ton bureau. On ne peut pas faire plus simple ! »

    « Oui, en effet, mais j'ai tout de même une question, contrairement au téléphone, c'est mon interlocuteur qui me demandera de voir ce qu'il a envie de voir : mes seins ou mon anus par exemple, mais je ne peux pas lui demander la réciproque ? »

    « Exact, et c'est là que jouent tes tabous, il faut bien les identifier sur ta fiche : si tu ne veux pas montrer ton anus et l'ouvrir en gros plan devant ta caméra, il faut le noter dans tes tabous, donc, tout est dans la rédaction très précise de ta fiche pour éviter tout problème, mais je peux t'assurer qu'au fur et à mesure de tes sessions, tu rentreras très vite dans ta fiche pour éliminer certains tabous, qui, en les lisant, te faisaient peur, mais, dont l'exécution ne te déplaisaient pas, surtout quand tu étais très excitée ! » 

    « Je crois avoir tout compris, mais comme tu me l'a dis tout à l'heure : « les barrières n'existant pas dans la sexualité », il semble évident que plus j'obéirai à mon interlocuteur, plus je le fidéliserai en créant un lien qui peut durer longtemps, et même évoluer vers un téléphone porno ou une rencontre s'il s'agit d'une femme qui me fait bander les tétons »

    « Si tu es sure de la localisation de ton interlocuteur, tu peux même décider d'enlever ton masque et de tout lui montrer, tout en sachant qu'il n'a quasiment aucune chance de t'identifier. Mais, surtout ne te démasque jamais, sur les photos de ta fiche. Le but de toute « vidéo-session » est de se faire plaisir des deux côtés : tu peux chauffer ton interlocuteur à blanc en toute impunité, même en lui obéissant, tu peux exiger de le voir se branler et gicler sur son fond d'écran, qui n'est autre qu'une photo porno de toi, et quand tu verras son foutre dégouliner sur ta photo, tu penseras à moi et tu auras envie, quelle que soit l'heure de venir me bouffer la chatte ! »

    « Ah, surement, je t'en fais la promesse ! »

    « Hum ! C'est une promesse de ma douce Fab, et je sais que tu honores tous tes engagements ! Merci pour ce cadeau ! »

    « Après tous ces conseils, excitants, réalisables, sans prendre de risque et sans tromper mon amant préféré, je ne pouvais tout de même pas te laisser repartir les mains vides ! »

    « Bravo, Fab, tu as un grand respect de l'amitié et du partage, et c'est ce que je préfère en toi ! Bon, l'heure tourne, je ne vais pas exagérer ma crevaison de pneu, ce que je te propose c'est de t'aider, soit en venant te voir, soit par téléphone pour toute la partie technique, informatique, recherche du meilleur site, rédaction de ta ou de tes fiches d'inscription et une fois que tout sera lancé, tu me diras ce que je peux faire pour toi : initiation au bdsm, si tu en as envie, t'aider à rechercher des filles qui comprendront ta situation et n'en abuseront pas, et dans tous les cas veiller, même à distance à ce qu'il ne t'arrive jamais rien de désagréable ! Mais bien sur en échange de tout ça, je réclame haut et fort que tu me racontes, avec tous les détails, les plans cul que tu auras fait, et ce, en tête à tête ou par téléphone ou même couchée nue à côté de moi ou par e-mails, avec les photos que tu auras pu prendre et les enregistrements complets de tes sessions ! »

    Je souris et la rassure : « Ai confiance en moi, tu seras informée de tout, même si j'ai fais un petit pet devant la caméra ! Et, en plus c'est loin d'être une corvée, c'est même un doublement du plaisir car, je dois me remémorer des instants sans doute inédits et fabuleux de ma vie sexuelle (tout au moins, je l'espère !) »

    « Mais, oui, rassure toi, si tout est bien construit et pensé, tu vas vivre des expérien-ces de folie et je suis sure que tu vas user et abuser de mes 4 propositions ! »

    « Hum, oui pourquoi pas ? Je ne ferai rien pour te contredire, mais, je vais te laisser filer, et ne passe pas par la caisse, ils ont ma Visa depuis que je suis arrivée ! »

    « Bon, puisque c'est comme ça, je t'enverrai mes honoraires de consultante dans les prochains jours ! Et je suis très sérieuse ! »

    « Pas de souci, mets tous les zéros que tu veux ! Je paye toujours mes dettes ! »

    Nous nous levons, je lui fais la bise et elle file vers sa voiture pendant que je vais payer l'addition, en remerciant 1.000 fois notre serveur-patron pour le saké offert.

    Je refuse gentiment un autre verre et sors à mon tour, consciente que j'ai du travail qui m'attend mais que j'ai une collaboratrice cinq étoiles !

    # 08 - « Comme le temps passe vite ! »

    Le lendemain de ce repas chargé en émotion, Isa et moi nous nous sommes retrouvées chez moi. Elle avait son ordinateur portable, et moi mon gros Dell, et, nous avons travaillé toutes les deux comme de bonnes petites abeilles ouvrières, et, ce, pendant : (vous risquez de ne pas me croire) : plus de deux mois !

    Non, je n'exagère pas, il nous a fallu tout ce temps pour préparer la mise en route des 3 idées sur 4 qu'Isa m'avait soumises au restaurant !

    Je pensais vous décrire les détails de notre travail durant ces deux mois et quelques, avec les arrêts dus à la présence de Louis, mais je me suis rendue compte que pour me présenter à vous et vous raconter un repas, j'avais déjà écrit 15 pages ! J'ai eu peur que le récit de ce travail n'en fasse 100 et qu'aucun d'entre vous n'arrive au bout.

    Je vais donc résumer ces 2 mois et quelques en quelques lignes et ouvrir le chapitre suivant qui s'appellera « Soixante-dix jours plus tard ! »

    Durant ces préparatifs, nous n'avons pas abordé la première proposition, qui, rappelez-vous, était la reprise de nos relations lesbiennes. Car, avant de commencer, nous étions convenues de consacrer le temps qu'il faudrait à mettre les trois idées en route, mais sans avoir aucune activité sexuelle, sauf, quand Louis était là, ce qui permettait à Isa de faire ce qu'elle voulait.

    Au fil des jours, la tension montait régulièrement entre Isa et moi, la nécessité de mes quatre branlettes quotidiennes diminuait, nos imaginations gambadaient librement et Isa pouvait me donner trois cours de bdsm par semaine en m'expliquant : ses règles écrites ou orales, ses sites webs les plus intéressants, sa philosophie, sa bibliothèque de livres de référence pour en savoir plus sur ce plaisir ou cette perversion, ses différentes catégories de soumissions : cérébrales, sexuelles ou sadiques et l'importance des respects des tabous annoncés par la soumise.

    Elle m'a aussi donné un grand nombre « de cours en images » pour apprendre : les postures de soumises, le bondage et le shibari, les contrats de soumission et des tas d'autres dossiers passionnants et très excitants.

    Et, toujours en images : les accessoires sexuels : pour humilier, faire mal tout en excitant, immobiliser, pénétrer, attacher, suspendre, chauffer ou refroidir, enfin bref : j'ai appris avec une professeur super impliquée, le bdsm de A à T, il me manque les chapitres de U à Z. Mais Isa m'a assurée que j'apprendrai en pratiquant !

    A noter que nous n'avons jamais parlé de travaux pratiques entre nous, mais Isa savait que dès que j'aurai essayé une ou plusieurs de ses idées, je reviendrai vers elle pour la récompenser en nature et avoir son aide pour passer le cap du sexe torride au sexe vicieux !

    En ce qui concerne la 2ème proposition (le sexe par téléphone), nous avons trouvé un site de recherche entre fans de ce genre de relation pour des séances gratuites, nous avons ouvert un e-mail, préparé une fiche détaillée de mes désirs et de mes tabous. Et, nous avons même proposé qu'après quelques séances réussies, j'étais prête à échanger des photos, avec visages masqués, pour prouver que chacun suivait bien le dialogue de l'autre. 

    Il nous reste à mettre en ligne ma fiche descriptive accompagnée de photos plus ou moins sages de moi et de deux exigences impératives : c'est moi qui appelle un fixe et le rendez-vous est fixé par e-mail et dépend de mon agenda.

    Pour la 3ème proposition, celle de modifier le cap de ma sexualité du sexe pur à des séances plus sado-maso, Isa a fait sa part de « formatrice » avec ses cours accélé-rés. Et, ce comme je le dis plus haut sans jamais aborder la partie « initiatrice ».

    Mais cette fine mouche me connait très bien, et sans lire dans mes pensées, elle doit bien se douter que ma trouille d'entrer seule dans ce nouveau monde aussi bizarre ne s'arrêtera que lorsqu'elle me tiendra par la main, soit pour m'apprendre à lui obéir, soit pour me confier à une personne sure !

    D'autant plus que je lui ai confié qu'un jour, au début de notre mariage, Louis et moi avons parlé du bdsm, après un film de télévision qui s'appelle « Portier de nuit » dans lequel il y a des séances assez explicites de sado-maso et il m'avait alors avoué que, pour lui, ce n'était plus de l'amour, mais exclusivement du sexe pur et qu'il n'approu-vait pas ce genre de sexualité, tout en la comprenant, puisqu'elle se passait entre adultes consentants ! 

    Et nous sommes arrivées à la dernière suggestion : les sessions-vidéos. Nous avons rapidement trouvé un site gratuit, ouvert un e-mail, créé ma fiche personnelle, choisi 5 photos qui me résumaient bien, et comme pour le site de sessions par téléphone, nous sommes prêtes à le mettre en route, en validant mon e-mail et en éditant ma fiche personnelle.

    J'ai même demandé à Louis s'il voyait un inconvénient à ce que je change mon vieux caméscope contre une caméra wifi hyper moderne, dont le seul défaut était de dépas-ser les 1.000 euros ! Pour toute réponse, il avait rit, en me demandant ce qui m'arri-vait, car je savais bien que je pouvais dépenser ce que je voulais quand je le voulais sauf pour une Ferrari qui risquait de nous faire passer en rouge !

    J'ai eu de la chance, car en l'achetant sur un site du net, je l'ai payée 800 euros avec 2 cadeaux : une housse superbe et très fonctionnelle et une télécommande qui risquait fort de m'être utile !

    # 09 - « Soixante-dix jours plus tard ! »

    Il fait un temps superbe depuis le début de l'été, Louis ayant trop de travail, nous ne sommes pas partis en vacances et je profite de ma solitude pour tester les conseils d'Isa, tout en lui rapportant tous mes « exploits » dès que possible.

    J'ai eu beaucoup de chance dans mon choix d'interlocuteur sur le site des séances de sexe par téléphone : dès la 1ère session, il m'a avoué que j'étais exactement le genre de femme qu'il aimait, qu'il relisait tous les jours ma fiche descriptive en se masturbant très souvent sur mes photos, même sur les plus sages !

    De mon côté, j'avais pris comme pseudo un prénom que j'adorais : « Nina », et, ce sur le conseil d'Isa !

    En répondant à l'une de mes questions, il avait rajouté que ses demandes ne seraient jamais des ordres, et qu'il me suffisait de dire « non » pour qu'il passe à autre chose. Il a rajouté qu'il était très attiré par l'opportunité que proposait ma fiche d'un échange de selfies, après un certain nombre de séances satisfaisantes, destinés à mieux nous connaître, et à prouver que chacun de nous respectait le dialogue, mais aussi pour booster nos imaginations par des photos correspondant à nos dialogues.

    Avant de commencer, au jour et à l'heure que j'avais choisis et en l'appelant de mon fixe en numéro caché, il a tenu à se présenter rapidement : « Je m'appelle Hubert, j'ai 50 ans, je suis veuf, cadre supérieur dans la grande distribution et j'ai deux grands garçons de 25 et 27 ans qui sont autonomes, mariés, avec de très bons jobs. Ils m'ont déjà donné trois fois l'occasion d'être appelé Papy ! Mais, je préfère vraiment que vous m'appeliez Hub ! »

    Je lui répondis de suite : « Vous m'êtes très sympathique Hub, et j'espère de tout coeur que cette première séance nous donnera envie d'en faire d'autres. je vous assure que j'y mettrai tout mon coeur et j'essaierai avec toute mon envie, et au fil de mon excitation, d'accomplir ce que vous me « conseillerez » de faire sur moi ou chez moi ! Je pense que je ne vais pas être très exigeante avec vous, sinon peut être au moment critique de votre ou de vos orgasmes, puisque c'est le but de ce genre de séances qui me rappellent le « Téléphone rose », aspect financier en moins ! Avant de commencer, je pense qu'il serait normal de nous tutoyer, mais nous ferons comme vous le direz ! Je vous souhaite beaucoup de plaisir, mon cher Hub ! » 

    « Moi de même chère Nina, mais, je ne me fais pas de souci, même sans connaître votre visage, je suis sur que vous êtes une femme très sensuelle, quant au tutoie-ment, j'approuve totalement, et t'envoie un énorme baiser gourmand sur ta bouche aux lèvres humides et entrouvertes ! »

    « Hum ! Les mots peuvent parfois faire réagir ! Juste une dernière remarque : contrairement à ma fiche, je n'ai pas minuté notre séance, et ce, pour 2 raisons : je te répète que c'est ma 1ère, et je suis seule chez moi et tranquille pour tout l'après midi et, il n'est que 14h20 donc ! »

    # 10 - « Quelques trois heures plus tard ! »

    Cette première séance téléphonique avec Hub m'avait complètement retournée et, je me sentais totalement changée, tout au moins Nina était née, et je constatais qu'elle était plus vicieuse que Fab ! 

    Comme promis, il avait été très doux avec moi, m'avait demandé de me déshabiller, au fil de la conversation, sans se « jeter sur moi » comme un mort de faim, pareil pour les caresses intimes qu'il m'avait suggérées.

    Pendant ces 3 heures de sexe, j'ai tout de même pensé à compter les orgasmes : 6 pour moi, mais, ce dont j'étais la plus fière : 2 pour lui, et il les avait bien mérités !

    C'est lui qui a raccroché, non sans m'avoir obligée d'aller à poil dans mon bureau, pour convenir avec lui du jour et de l'heure d'une seconde séance, ce qui m'a réjouie, car je venais de faire gicler un parfait inconnu, et il avait visiblement envie que cette relation dure plus longtemps !

    En repensant à cette expérience, qui, comme toutes les « premières fois » devrait rester gravée dans ma mémoire, je me prélassais nue sur mon transat de piscine, les yeux fermés, les cuisses bien ouvertes, mon corps encore brûlant de mes jouissan-ces et, mes doigts, toujours aussi disponibles et curieux, cheminaient de mes tétons encore bandés à ma chatoune dégoulinante !

    # 11 - « Tiens voilà Lydia, ma nouvelle voisine ! »

    Je commençais à ronronner, quand une voix survint de nulle part : « Excusez-moi de vous déranger, je suis votre nouvelle voisine »

    J'ouvre grand mes yeux, arrête de me caresser, referme brusquement mes cuisses et cherche d’où vient cette voix féminine. Mais, je ne la trouve pas du regard. « Bonjour, je suis enchantée, mais je ne vous vois pas ! »

    Un petit rire me répond et elle m'assure d'un : « Je suis là ! », comme si nous jouiions à cache-cache ! Et je vois sa tête dépasser du portillon qui nous permet un accès direct à une forêt communale. « C'est de ma faute, je ne vous cherchais pas là, poussez le portillon il est ouvert en permanence, mais donnez-moi deux minutes »

    Elle prend son temps pour entrer et rejoindre la piscine, me laissant gentiment aller dans le vestiaire et, revenir, pieds nus, mon corps simplement recouvert d'un peignoir de soie.

    Un peu troublée, je lui demande si elle était là depuis longtemps, mais elle me rassure en souriant : « Non, je viens d’arriver, je faisais ma promenade, quand je vous ai aperçue à travers votre superbe haie, j'espère que je ne vous dérange pas ? » « Non, pas du tout, j'ai passé un après-midi tellement épuisant d'inaction en dehors de la piscine, de mon transat et de mes siestes que je me reposais en profitant du soleil. Je me prénomme Fabienne, bienvenue chez moi ! »

    Elle s’approche et me fait spontanément une bise sur la joue en se présentant : « Moi, Lydia. Nous avons emménagé la semaine dernière dans la grande maison à un étage, à 3 numéros, sur le même trottoir que vous. Nous avons aussi un accès direct à la forêt qui est magnifique et qui m'a donnée envie de cette promenade et une très belle piscine qui, quand nous sommes arrivés, était un véritable étang avec des grenouilles ! Nous venons de la région parisienne et cherchions le calme »

    Souriante je lui dis : « Il est vrai que l'entretien d'une piscine est une corvée, si vous le voulez, je vous présenterai notre jardinier-pisciniste qui s'occupe de nous, et, quant au calme, je pense que vous avez fait un très bon choix, notre quartier est très résidentiel et très bien fréquenté. C'est une oasis de paix et de repos, sans bruit, à part le chant des oiseaux qui nous servent de réveil le matin quand il faut nous lever ! Je suis née dans ce village et je ne pensais pas habiter un jour dans ce quartier ! Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez surtout pas, nous connaissons beaucoup de monde, et ce sera un grand plaisir de renseigner une voisine aussi sympa que vous ! »

    Je sens que le feeling passe bien entre nous, et, en la regardant, je me dis qu'elle a un physique plus qu'agréable. Sa blondeur, ses yeux bleus et sa probable quaran-taine, font qu'elle me ressemble comme une soeur blonde, car en plus, elle a la même taille que moi. « Merci de votre accueil, c’est très gentil de votre part ! Peut-être que nous pourrions nous tutoyer ? »

    « Oui, tu as raison, entre voisines, surtout quand elle est sympa et très spontanée : j'en veux pour preuve ton bisou et ce tutoiement. Et tu respires la joie, de vivre et , de rencontrer des inconnues pour tchatcher !  Hihihi ! »

    « Tu réfléchis vite, tu as le sens du détail et, en plus, tu as un très beau sourire. Je suis sure que nous allons très bien nous entendre, et il est exact que j'adore la vie mais j’aime surtout m’amuser et ne pas me prendre trop au sérieux, ce qui fait rager mon chéri ! »

    « Merci, je te retourne le compliment, moi aussi, j’aime m’amuser. Tu es mariée ? Tu as des enfants ? » « Je suis mariée et divorcée, actuellement en couple depuis 2 ans. J'ai un garçon de 20 ans et une fille de 17. Je les ai eu jeune, maintenant je peux et je veux manger la vie à pleines dents et toi ? »

    « Moi, comme toi : mariée et divorcée, mais remariée depuis 4 ans, avec 3 enfants de ma précédente union : un gars de 20 ans et deux fifilles de 16 et 18, super bien acceptés par mon nouvel époux. Ils sont en camping avec des copains pour ces 3 jours de pont, et mon mari est en voyage professionnel Je suis seule pour 3 jours, et j'en profite pour me reposer et bronzer, mais… » 

    ... le téléphone sonne coupant notre conversation, je décroche en demandant d'attendre deux secondes, sans savoir qui est en ligne et sans cacher le micro.

    « Je ne te dérange pas plus longtemps, Fabienne, nous faisons une petite pendaison de crémaillère ce soir, si ça te dit, tu seras la bienvenue et comme ça, tu ne seras pas seule : j’ai invité des amis pour une soirée « mojitos-piscine », ce serait super de te compter parmi nous, je pourrai te présenter à tout le monde et on fera plus ample connaissance. Par contre  : maillot de bain obligatoire, du moins au début, hihihi !, je plaisante, bien sur, je t’ai dit que j’aimais rigoler. Penses-y et fais moi plaisir en venant ! »

    Je reprends le téléphone et m'excuse auprès d'elle : « Désolée, mais je dois répondre, c'est l'heure à laquelle mon mari a l'habitude de m'appeler, je ne te promets rien pour ce soir, je vais y réfléchir mais je ne voudrais pas m'imposer ! »

    « Ne sois pas nunuche : mes amis sont plus que cools, et, crois moi sur parole, tu seras de suite à l'aise, et, en plus, avec un « mojito bien rhumisé » tu iras de suite bien ! Alors, ne discute pas : à ce soir, je t'attends et je vais annoncer à tout le monde que nous allons avoir une « Guest-Star » parmi nous ! »

    # 12 - « Louis termine cet après midi en beauté ! »

    Je la regarde partir en souriant, contente de cette rencontre et de la conversation. Et je réponds enfin au téléphone. C'est bien Louis ! « Bonsoir ou bonjour mon amour, pardonne-moi de t'avoir fait attendre, tu m'appelles de quelle ville ? » « Pour une fois, je ne suis pas loin de toi, puisque je suis à Berlin, et j'ai la même heure que toi, je vois que tu n'étais pas seule, car j'ai entendu ta conversation, puisque tu n'as pas mis ton phone sur la fonction « muet » »

    « Tu ignores que je ne sais pas comment fonctionne cette touche ? Tu me promets depuis 4 ans de me l'expliquer, mais chaque fois que nous sommes ensemble, tu es plus intéressé par mon cul que par mon apprentissage des techniques nouvelles et mon développement personnel car tu n'es qu'un gros cochon ! » « Bien puisque tu le prends comme ça, le gros cochon raccroche : Grouic Grouic Grouic ! »

    « Bon, allez, comme d'hab, je te pardonne ! J'étais en effet avec notre nouvelle voisine qui a emménagé dans la maison qui appartenait aux Delarue, tu vois laquelle c'est ? » « Oui tout à fait, c'est celle à un étage qui est sur le même trottoir que la tienne, avec comme nous, un accès forêt et une très belle piscine paysagée avec une île palmier et un petit pont chinois ! »

    « Exact, c'est bien celle-là, mais arrête de dire que c'est ma maison, tu sais bien que c'est toi qui l'a payée ! » « Il ne faut pas m'en vouloir, je préfère baiser une belle femme riche qu'une belle femme pauvre ! C'est pour mon standing d'amant excep-tionnel ! »

    « Ben voyons, donc je t'offre mon corps et en échange tu m'offres une maison, tu sais comment ça s'appelle cette histoire de cochon pervers ? » « Euh, oui, je crois, mais je ne veux pas te choquer ma belle pute ! Allez, soyons sérieux deux secondes, je te conseille d'accepter cette invitation au lieu de t'emmerder toute seule à la maison, tu vas bien t'amuser, tu vas te faire plein de connaissances, peut-être prendre une bonne cuite, peut-être même baiser, mais je te conseille, dans ce cas, de gouiner la voisine plutôt que de te faire enculer par son mari ! Merci pour ma réputation ! »

    « Tu es indécrottable, ce soir je te conseille de baiser la secrétaire de ton client, si tu veux, je lui envoie un mail pour lui dire que tu es le coup du siècle ? » « Non, pas la peine, ça a été fait hier soir, et je n'ai pas pu bander ! Elle était très déçue et moi très content ! » 

    « Bon, je vais donc te punir sévèrement : pas de « sex-phone » ce soir ! Je me suis trop branlée cet après midi et j'ai le clito douloureux, alors, tu fais ceinture et tu raccroches ! Et je t'embrasse si tendrement que je te sens bander comme un âne adoré ! Baisers ou tu veux mon gros cochon et sois sage, tu sais bien que je n'aime boire que ton sperme ! » 

    « Eh, bien, ça tombe bien car j'ai un rendez vous dans 30 minutes suivi par un repas avec ce très bon client, donc je ne pouvais pas rester plus longtemps, et pour ton clito, soit tu deviens acrobate et tu te le lèches doucement, soit tu vas dans l'armoire à pharmacie et tu prends ta pommade apaisante ! Bonne soirée mon amour et régale toi à fond. Et, comme d'hab, tu as carte blanche »

    Et il coupe.

    J'entre et allume machinalement la télé sur une émission que je trouver nulle : « Un dîner presque parfait », je baisse le son et repense à tête reposée à cette visite impromptue autant que troublante. Il est vrai que Lydia m'a fait forte impression, aussi bien en tant qu'amie voisine que comme amante possible, car très vite le feeling ressenti s'est transformé en fantasme sexuel très chaud.

    Je crois que c'est son côté nature et son caractère visiblement vif et autoritaire qui m'on séduits sexuellement. Et son invitation est aussi improbable que tentante.

    Pourquoi ne pas attendre d'être en famille pour les inviter chez nous ? Son « maillot de bain obligatoire tout au moins au début, hihihi ! » est tout de même assez  explicite, mais, vais-je oser me montrer en maillot et me baigner avec des inconnus et à fortiori l'enlever ? Et si la soirée tourne au sexe, que vais-je et que dois-je faire ?

    Toutes ces questions trottent dans ma tête sans avoir de réponses, mais, si je n’y vais pas, je risque d'avoir des remords : en fâchant ma nouvelle amie. En ne me faisant pas de nouvelles relations. En ratant une occasion peu courante de m'amuser comme une folle.

    Et, je finis par décider que, ce soir, je vais jouer à la folle, y aller, pour en profiter pleinement, sans rien me refuser, quitte à assumer les dégâts et mes fautes après. Cette décision me motive pour le reste de l'après midi que je passe à prendre un long bain et à soigneusement me préparer !

    Suite dans le Tome 2 >


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :