• IV

     

    "Sessions vidéo

    de Loré > 4/4"

     

     Chapitre 24 > Le Piano Bar 

     

    Je profite de cet instant de calme pour récupérer et me poser des question sur l'exploitation des nombreuses photos numériques qu'ils viennent de faire... Je suis de suite informée, car Mygale me demande mon portable et poste six photos de son appareil. Elle me les montre, il n'y a aucun doute ni sur mon identité, ni sur ce que je suis en train de faire dans l'entrepôt ou dans le petit terrain de camping... Elle m'ordonne de les envoyer sans aucun commentaire à Cathy en signant «de la part de Mygale et Scorpion»...

    Je suis un peu inquiète de cet envoi, car à présent Cathy sait que je suis en séance avec Mygale et Scorpion qu'elle doit forcément connaître, mais sans aucune autorisation de sa part,,, Et je redoute sa réaction... « Voilà qui fera une belle surprise pour ta Maîtresse...»

    De son côté, Scorpion passe un coup de fil, et communique la réponse à Mygale: « On peut-y aller, il y a déjà pas mal de monde... Il est 17h... Nous avons donc du temps devant nous...»

    Scorpion se gare au centre ville pendant que Mygale m'aide à enfiler un manteau et des escarpins de cuir sur mon corps nu alors qu'ils gardent leurs loups et tous les trois nous nous dirigeons vers un établissement à l'enseigne Le Piano Bar que je ne connais pas du tout,,,

    Nous sommes agréablement accueillis : «Bonsoir, nous sommes contents de vous revoir... Je constate que vous venez avec une nouvelle recrue... C'est une excellente chose pour la pérennité de notre petit Piano Bar... Comme vous en avez l'habitude, si vous voulez bien la laisser seule pour son inscription, elle vous rejoindra dans le bar principal dans une dizaine de minutes... Amusez vous bien, et n'oubliez pas que nouvelle recrue veut aussi dire champagne gratuit toute la soirée pour vous trois ! »

    Un homme me prend par le bras et me guide doucement mais fermement vers un bureau occupée par une dame qui a du être très belle, mais qui a visiblement la soixantaine... « Bonsoir, et bienvenue Au Piano Bar, je m'appelle Madame et je suis la patronne, je vais prendre tes coordonnées, tu vas me signer un papier comme quoi tu es là de ton plein gré, je ferai une demi-douzaine de photos de toi, nue, et après t'avoir attribuée un numéro que nous écrirons au feutre sur ton épaule, tu pourras rejoindre tes maîtres dans le bar principal, nue avec des talons hauts et ils finiront de t'expliquer les règles de la maison, ce sont des habitués,,,»

     

    Chapitre 25 > Les règles du Piano Bar

     

    Après ces quelques formalités, le même homme me conduit dans le bar principal... Quand j'entre entièrement nue dans cet espace inconnu, j'ai une grosse boule dans le ventre, ne sachant où aller, je vais vers le bar où j'essaye de m'appuyer d'une matière naturelle...

    ... heureusement, Mygale vient me chercher et me conduit dans un petit salon au bord de la piste de danse où nous rejoignons Scorpion et tous les deux me donnent quelques leçons sur le club : « Il y a deux tablettes tactiles par salon, ta fiche est en ligne, nous avons eu le temps de la consulter, Madame t'a gâtée, tu vas avoir du succès, les dominants adorent les nouvelles recrues...  Tant que tu restes avec nous, tu ne risques rien, mais si tu vas au bar il suffit qu'un dominant te touche l'épaule pour que tu sois obligée d'aller danser avec lui, mais si tu t'assieds sur un des tabourets, c'est que tu acceptes de pomper ou de baiser avec le premier qui t'abordera... Je vois que tu as le numéro 8, si tu es demandée dans un salon à thème, tu seras appelée au micro, et Scorpion et moi iront dans un salon jouxtant le tien, d'où, derrière une vitre sans tain, nous pourrons assister à tes séances, avec ou sans invités... Tout est enregistré, à la fin, tu passeras dans le bureau de Madame qui te donnera ton CD avec tes photos et tes clips et ton enveloppe, tu vois c'est tout simple... en attendant prends une coupe de champagne, je suis sure que tu en auras besoin ! »

    Elle a raison, je n'ai même pas le temps de finir ma coupe que la sono annonce que « 8 est attendue au salon 2 », l'homme qui me sert d'accompagnateur vient me chercher pour me conduire au salon alors que Mygale et Scorpion nous suivent mais entrent par une petite porte jouxtant le salon 2 qui est vide...

     

    Chapitre 26 > Le salon "2" du Piano Bar

     

    Mon accompagnateur me donne un petit couvre épaule bleu, une mini jupe noire et des escarpins à talons... Je comprends que je dois m'habiller comme ça et je finis à peine quand une femme blonde vêtue d'un soutien gorge et d'une jupe assortie entre avec un martinet à la main... Sans un mot pour moi, elle s'active de suite...

    Elle me dénude les seins et m'attache les poignets très haut au dessus de moi m'étirant totalement...

    ... et j'ai droit à ma première séance de martinet sur le dos et les fesses heureusement recouvertes de ma jupe...

    Avant de recommencer à me battre, elle m'enfonce un plug en acier dans le cul en relevant ma jupe...

    Et les coups pleuvent de plus belle, mais comme j'ai la jupe relevée, ils doivent me zébrer les fesses, car elle tape très fort et elle éprouve même le besoin de se justifier : "Je suis ici et je te paye pour que tu souffres, pas pour que tu jouisses... alors supporte et ferme ta gueule"

    Elle me retourne, ôte ma jupe, me pince les tétons avec des pinces en acier lourdement lestées et s'active avec son martinet sur mes cuisses, mon sexe et mes seins, m'obligeant à serrer les dents pour ne pas gémir...

    Elle retire le plug de mon anus, me libère et m'attache sur un lit de bois: les deux bras ensemble sous ma tête et chaque cuisse attachée avec la jambe correspondante pour que je sois bien écartelée...

    En me laissant comme ça, elle enfile un gros gode ceinture et vient s'installer entre mes cuisses... Malgré la douleur des coups, je suis trempée et elle n'a aucun mal à l'enfoncer totalement en moi...

    Elle me ramone le con, mais, telle que je suis, je lui offre mes deux orifices, et elle quitte mon vagin pour me défoncer l'anus avec ce gode trop gros pour moi...

    Tout cela a du l'exciter, car elle décide que c'est le moment de jouir, comme je ne peux pas bouger ma tête, elle s'assied sur mon visage, son vagin trempé posé sur ma bouche et elle utilise un vibro pour son clitoris qui ronronne à quelques millimètres de ma langue...

    Elle jouit presque en silence mais j'ai senti son orgasme, et s'avançant un peu elle pose son vibro sur mon clito alors que sans préliminaires elle m'enfonce tout son poing dans le vagin... Je suis bien trop étroite pour être fistée de cette manière mais elle s'en fiche royalement... Elle bouge ses doigts dans mon vagin en m'interdisant tout orgasme...

    Puis elle me retourne, m'enfonce un crochet en fer dans le cul et reprend ses coups de martinet jusqu'à ce que mes fesses soient brûlantes, je n'ose imaginer dans quel état elles doivent être...

    Me laissant le crochet dans le cul, elle m'attache soigneusement les mains pour que mes paumes soient parallèles et tournées vers le haut et changeant d'instrument elle s'assied avec une badine avec laquelle elle frappe mes paumes jusqu'à me faire pleurer de douleur...

    Enfin avec une habileté assez incroyable elle me bonde très fort les seins pour les châtier de nouveau avec son martinet et quand elle estime qu'ils sont suffisamment zébrés et presque violets...

    Elle s'occupe de ma chatte en commençant par la gifler, puis, en pinçant chaque grande lèvre avec trois pinces, reliées entre elles et mes cuisses par des sangles ce qui ouvre largement mon sexe dévoilant toute mon intimité...

    ... et il arrive ce que je redoutais le plus... elle m'oblige à compter jusqu'à 30 et à chaque compte elle abat son martinet sur mon sexe que je ne peux même pas déplacer pour éviter les coups... là, elle s'interrompt et me dit "Si tu veux jouir sous les lanières de mon martinet tu en as le droit" mais la douleur est trop forte et même en me concentrant j'arrive à 30 sans avoir joui... "Tant pis pour toi putain, je te détache les mains à toi de te débrouiller pour enlever le reste..." Et sitôt libérée elle disparaît sans un mot ni un regard pour moi...

    J'arrive à me débarrasser de tous mes accessoires avec difficulté... Je suis rompue par les coups et tout mon corps souffre... Mon accompagnateur entre, je suppose qu'il a déjà vu des femmes à poil et je n'ai aucune honte devant lui, Il me dit « Tu vas t'habiller comme tu dois être au bar mais avant je vais te conduire à la douche et l'infirmière t'attend pour savoir ce qu'elle peut faire pour toi » « Je vous remercie beaucoup, Monsieur » « Pas la peine jeune dame, je ne fais que mon métier... »

     

    Chapitre 27 > Le salon "3" du Piano Bar

     

    Malgré tous les soins de l'infirmière j'ai un peu honte de traverser le bar en exhibant mon corps zébré de partout... Mygale rit en me disant : « Pour ta première séance, tu es tombée sur une vraie sado... pas de chance, mais tu devrais vite boire une coupe de champagne car tu viens d'être appelée au salon 3 » En effet, mon accompagnateur est là, je bois en vitesse et le suit. Le salon 3 ressemble au 2, en fait ce sont des caves aménagées avec une armoire dans laquelle il doit y avoir des jouets sexuels... Il me donne une veste en velours qui ne se boutonne pas et me dit de m'asseoir en tailleur sur un petit podium de bois et d'attendre sans bouger...

    Une minute plus tard mon client rentre, il est vêtu d'une cape noire et bien que je ne puisse pas voir ses yeux, il semble jeune et sympa. Vu l'appareil photos sophistiqué qui pend sur son ventre je le surnomme immédiatement « le photographe »,,,

    « Bonjour jeune dame, tu es plus belle en vrai que sur une tablette tactile, je suis ravi » « Merci pour le compliment, Monsieur »

    "Je vais commencer par prendre des photos de toi, garde la pose..."

    Il me mitraille de partout avant de poser son appareil et de me tendre des mi-bas et des escarpins. Quand je suis prête, il me suspend par les poignets au plafond en réglant la corde pour que le bout de mes souliers touchent le sol... Je suis donc totalement étirée, il s'agenouille devant moi et me branle avec un vibro pendant de longues minutes... Je suis très vite chaude et il s'en rend compte...

    ... Il me laisse suspendue comme ça en veillant à ce que mes cuisses ne se frottent pas et me mitraille de photos...

    Puis il se dirige vers l'armoire et sort des barres de bois dont je ne comprends pas de suite l'usage... Il me dit « C'est une position que j'adore : tu es couchée par terre sur le dos, la tête relevée, tu as un bâillon écarteur de bouche, un écarteur de genoux, un de pieds et deux pieux attachés à tes écarteurs, un avec un gode au bout pour ta bouche et pour te maintenir la tête droite, et un pour le con avec un vibro au bout... Il faut que tu saches qu'avec moi, plus tu jouis, plus j'ai de belles photos ! »

    Il prend un paquet de cordes et commence son assemblage : le bâillon qui m'ouvre démesurément la bouche, l'écarteur de genoux qui commence à bien m'ouvrir et celui des pieds qui finit de par m'offrir totalement, puis il fait glisser le pieu-gode dans ma bouche et quand il butte sur ma gorge, il le noue aux écarteurs de genoux et il termine en faisant pareil avec le pieu-vibro qui vient s'appuyer contre mon sexe béant... Il me précise qu'il a laissé du mou pour le dernier pour que je puisse participer au mouvement...

    ... Il branche le vibro et observe le résultat appareil photos au poing... Comme il ne pouvait pas savoir que ma précédente domina m'avait sevrée d'orgasme, ma première jouissance est très rapide... « Je vais t'aider pour la deuxième » et il se penche pour me mettre des pinces en fer aux tétons...

    ... ce qui bien sur accélère mon excitation et me fait jouir très rapidement une deuxième fois... « Eh bien,j 'ai déjà vu des femmes chaudes mais des comme toi c'est rare ! » Il décide de ralentir le rythme en enlevant les pinces mais comme j'ai bien compris comment avancer mon ventre pour aller chercher le vibro... Il ne doit pas attendre longtemps mon troisième...

    « Hum quelles belles photos, je me régale d'avance de me branler en les regardant en grand écran ! Mais nous allons changer de position » Il me libère de tout et me conduit sur le petit podium où il me demande de m'asseoir sur mes pieds en gardant le dos bien droit... Dans cette position et avec une seule corde il arrive à me bonder tout le corps : les cuisses attachées ensemble, les mains avec le ventre, les seins avec les coudes et il termine par un bâillon boule qui me remplit entièrement la bouche...

    Puis en tenant son appareil de la main gauche, il tire très fort sur mes cheveux pour me prendre en photo grimaçante de douleur et entendre un râle de douleur à travers le bâillon...

    ... en laissant mon corps en place, il me baisse la tête jusqu'à ce que mon menton touche le bois et photographie avec délectation la bave qui coule de chaque côté du bâillon...

    Sans pratiquement changer mon bondage, il relie mes coudes et mes pieds, passe une corde au milieu et me soulève sans que mes seins et ma tête ne touchent le bois... C'est une position terriblement inconfortable qui tend tous les liens...

    Il met une chaise devant le podium, me détache partiellement sans m'enlever mon bâillon, et me rattache sur la chaise : coudes et poignets dans le dos, cuisse et jambe à chaque pied de devant et chevilles et pieds à chaque pied arrière... Il rajoute aux tétons les pinces en fer de tout à l'heure et me met entre les jambes, très largement ouvertes, le vibro qu'il positionne vicieusement sur la vitesse la plus rapide...

    ... Son cadeau vient très vite car je suis trempée, je veux souffrir encore plus des bouts de mamelles et il s'en rend compte car je balance ma poitrine pour bien sentir la morsure des pinces et je jouis sans pouvoir crier à cause du bâillon... Compte tenu de ce qu'il a vu et constaté, il change les pinces et en met d'autres en métal mais lourdement lestées et s'applique à les poser en pinçant juste les tétons, ce qui est le plus douloureux...

    ... et je jouis en me tordant dans tous les sens sur ma chaise,,, J'ai arrêté de compter mes orgasmes mais ce que je sais c'est que mon clitoris commence à être très irrité, mais ce n'est pas fini, car il crochète l'arrière de la chaise et la fait monter à plus d'un mètre du sol, dans cette position, les liens sont très durs, et surtout les pinces se balancent dans le vide à chaque coup de rein que je donne pour me faire plus de bien avec le vibro...

    ... Je jouis donc un peu péniblement mais son appareil crépite et il semble comblé. Il doit penser que j'ai suffisamment joui pour cette séance car les positions qu'il m'impose ensuite sont plus spectaculaires que jouissives : les mains attachées très écartées et pieds attachés de la même manière mais levés très hauts...

    ... ce qui doit lui donner des gros plans imprenables de mon sexe béant... Et l'autre, où je suis carrément suspendue par les pieds, seuls mes cheveux touchent le sol et entre mes pieds écartés, il a fixé une boule de contrepoids qui tire très fort sur des pinces en fer qu'il a fixé à mes grandes lèvres...

    ... Il fait encore quelques photos de ma tête à l'envers et me libère en prenant soin de ne pas me faire mal... Il me remercie pour tous ces bons clichés et espère me revoir bientôt pour d'autres positions... Il range tout, me fait une bise sur le front et s'en va... Sa délicatesse et ses orgasmes m'ont beaucoup plu... Ah si tous les dominants pouvaient être comme ça !

     

    Chapitre 28 > Le salon "4" du Piano Bar

     

    Mon accompagnateur rentre, mais le parcours s'arrête à la douche et c'est revigorée et sereine que je traverse le bar... Scorpion me dit « Eh bien, tu as eu ton compte d'orgasmes avec ce photographe ! Tu as meilleure mine qu'en revenant de ta première séance !!! » « Ah oui, vous pouvez le dire Scorpion, mais je pense que c'est un cas unique ! » « Hum ne dis pas ça trop vite, nous aimons aussi les séances où tu es privée d'orgasmes et celles où tu supplies de ne plus jouir ! » Je ris sans répondre et bois une coupe entière de champagne...

    Je suis de nouveau appelée pour le salon 4 que je ne connais pas encore... Mon accompagnateur m'y conduit et me donne un petit top rose à enfiler sur mon corps nu... La cave dispose d'un grand lit et pour le reste, elle ressemble aux autres...

    Mes clients arrivent, je devrais dire mes clientes, car ce sont trois filles visiblement des filles à papa qui ont de l'argent à claquer... Elles me regardent et l'une d'entre elle me dit : « Hum j'adore les putes frisées »

    Tout en restant habillées, elle me mettent à poil et me couchent sur le lit, pendant que deux me tiennent allongée sur le dos, l'autre s'acharne dans mon vagin avec un vibro très efficace qui me met tout de suite à la bonne température...

    « Regardez comme notre belle salope perds son bon jus de pute en chaleur » Les rires fusent... Comme je suis couchée la tête à plat, les filles s'amusent avec ma bouche, elles y entrent des doigts et me tirent la langue en la faisant sortir de ma bouche...

    ... et après avoir longuement joué à ce jeu désagréable et douloureux, elles s'activent toutes les trois, en se mettant à poil. Elles me bondent les épaules, les cuisses en passant une corde entre mes jambes et les mains qu'elles attachent aux poignets sous moi... Elles tirent toutes les trois sur une corde pour me suspendre à la hauteur désirée...

    ... Je comprends ce qu'elle veulent car une des filles vient poser sa chatte et je dois la lui bouffer jusqu'à ce qu'elle jouisse...

    Elles me détachent, et me laissent mains et épaules bondées avec en plus un écarteur de genoux et me font m'agenouiller devant elles ; entre temps elles se sont toutes équipées de godes ceinture...

    ... Et l'une d'entre elles commence de longues pénétrations dures dans mon vagin alors que les deux autres me pelotent et m'immobilisent...

    Une des filles est équipé d'un gode ceinture d'une taille irréelle et pendant que son amie me baise, elle s'échine à me le rentrer dans la bouche...

    ... mais ça reste une tâche impossible il est vraiment trop gros pour ma petite bouche... Abandonnant cet essai, elles me redressent, toujours bondée et m'attachent les mains dans le dos vers le plafond et me mettent un gode boule pour ne pas entendre mes cris... J'en vois une qui sort une batterie avec des tas de fils... A ma grimace, elles voient que je crains l'électricité mais elles s'en moquent et comptent bien en profiter... Elles relient la batterie à mes tétons alors qu'une autre prend une barre électrique qui dispense des décharges, là où elle la pose...

    ... La plus vicieuse se met à genoux devant moi et me mord un téton pendant qu'elle pose les électrodes dans ma chatte et que sa collègue envoie une décharge maximum...

    ... Finalement, elles me recouchent sur le dos, me mettent des électrodes aux pieds qui envoient des décharges permanentes et me branlent avec un vibro très puissant qui m'arrache un orgasme très bruyant...

    ... car entre temps elles m'ont enlevé le bâillon boule... Contentes d'elles et comme je ne suis plus attachée, elle laissent tout sur place, se rhabillent et s'en vont sans un mot pour moi...

     

    Chapitre 29 > Le salon "10" du Piano Bar

     

    Mon accompagnateur se contente de m'accompagner à la douche, et, dès que je suis sèche, il me donne des vêtements : une marinière bleue et blanche, un petit top blanc, une mini jupe noire et des escarpins à talons hauts noirs et me conduit directement au salon 10. Qui diffère beaucoup des autres car équipé réellement comme un salon, avec un sofa,un bureau avec un ordinateur, des tapis, et des fauteuils…

    J'attends sagement sur le sofa quand un jeune couple entre, ils sont vraiment différents des autres, car ils n'ont pas les yeux bandés et sont vêtus de tenues civiles de tous les jours... Ils sont bruns tous les deux et la jeune femme est très appétissante...

    Le jeune homme s'assied à mes côtés...

    ...et commence à me peloter un peu timidement les seins,,,

    Alors que sa compagne se dirige vers l'ordinateur et cherche visiblement un site... Quand elle l'a trouvé elle me fait signe de venir m'asseoir au clavier...

    ...et je me rends compte que je suis en train de prendre un rendez vous pour pomper un homme nue près de chez moi ce soir à 3h du matin,,, Elle me précise qu'elle veut des photos de cette cession et que je devrai en envoyer deux ou trois à Madame...

    Puis toute habillée, ils m'attachent les mains en l'air en entravant mes chevilles par des chaînes et elle me fouette durement avec un martinet le dos et les fesses...

    ... Elle me baisse la jupe et continue de plus belle sur mon cul, uniquement protégé par un string noir et bleu....

    ... L'homme sort de l'armoire une barre d'acier comportant des bracelets en fer pour les chevilles et les poignets, tandis que la femme m'ordonne de me mettre à poil... L'homme fixe la barre, et alors que je ne peux plus bouger, il me rentre sa bite dans la bouche tête tournée vers la gauche...

    ... Puis, tandis qu'il se branle, la femme joue avec une barre électrique qu'elle promène sur tout mon corps me faisant hurler de douleur...

    ... Mais elle abandonne vite et l'homme pèse sur ma tête pour qu'elle repose sur le tapis et quand j'ai le cul bien haut il me place un petit plug en pastique transparent surement pour éviter que mon jus ne ressorte par mon anus...

    ... alors que sa femme joue durement avec une badine sur mon cul et mon sexe...

    ... L'homme change mes liens et me noue les poignets entre eux par une large courroie de cuir qui passe sur mes reins et ils me couchent tous les deux sur le sofa, ma bouche contre la chatte de la femme et mon cul ouvert pour le bite de l'homme...

    ... Et, pour terminer, ils me couchent sur le dos, me placent cinq épingles à linge reliées par une seule corde de chaque côté du corps, m'ouvrent obscènement les cuisses en les écartant et en les soulevant, l'homme ayant ôte le plug, me réencule sans aucune précaution et place contre mon sexe un vibro, et je sens les gestes de la femme qui tire sur la ficelle tout en se branlant le clitoris et de l'homme qui m'encule en massant mon con avec le vibro...

    ... et sans vraiment le vouloir, nous partons tous les trois dans un orgasme synchrone qui est si rare à atteindre...

    Ils m'enlèvent tout, se rhabillent en me remerciant et en tenant à préciser que c'était la première fois qu'ils jouaient avec une soumise, je leur réponds poliment que ça ne s'était pas vu du tout, et en me disant « à bientôt » ils me laissent mettre de l'ordre et attendre mon guide qui me conduit à la douche en m'annonçant que mes Maîtres veulent en rester là...

     

    Chapitre 20 > Le salon privé de la grande salle

     

    C'est donc réjouie que je traverse le bar pour rejoindre Mygale et Scorpion... Mais, ils ne sont pas seuls au salon, car, entre temps, ils ont fait la connaissance de deux beaux jeunes hommes, qui, étant venus non accompagnés, n'ont pas trouvé de partenaires... Bien sur Mygale a eu pitié d'eux et a de suite proposé de me prêter dès que je reviendrai de ma séance... Les deux hommes n'ont pas eu à se le faire répéter deux fois... Et c'est, pantalons et caleçons ôtes qu'ils m’attendaient dans le salon dont Scorpion a tiré les rideaux...

    La séance est très chaude, mais ce fut juste de la baise sans bdsm, et c'est justement ce dont mon corps avait envie... Mygale et Scorpion sont restés muets, tout en filmant et en faisant des photos, quant aux hommes, ils savaient s'exprimer par geste... Donc ce fut une séance très silencieuse si l'on exclut mes deux séries de gémissements de jouissance...

    ...Les jeunes gens sont ravis, et nous nous préparons à partir quand le speaker annonce un super concours sur la piste centrale...

     

    Chapitre 31 > Le concours que je me dois de gagner

     

    Il s'agit en fait d'un concours de double pipe, avec un jury : 1.000 euros pour la gagnante et 500 euros pour la seconde... Mygale me dit "Nous ne partirons qu'après, et tâche de nous ramener 1.000 euros... Poussées par l’appât du gain et forcément par leurs Maîtres, quelques filles plus ou moins nues montent sur la piste alors que des garçons, tout heureux de se faire sucer gratuitement enlèvent leurs pantalons et leurs caleçons et commencent à se branler pour être en forme... 

    La première obtient quelques applaudissements...

    La deuxième se fait siffler car elle n'avale pas les bites...

    Même reproche pour la suivante qui se contente de poser les glands sur sa bouche...

    La suivante est estimée trop timide par le public...

    Une fille aux cheveux châtains et obtient un tonnerre d'applaudissements en avalant la moitié des deux bites...

    Une toute jeunette pompe ses deux bites comme si c'était une corvée...

    Une brunette se contente de coincer la peau des glands entre ses lèvres...

    Quant à moi, j'y vais de bon coeur pipant avec force les deux hommes, à tel point que les autres hommes se rapprochent de nous pour se branler en regardant le spectacle... Je suis rapidement très fière de ma prestation...

    Mais la blonde s'en tire merveilleusement bien...

    Et une brune enchante la salle en avalant la moitié des bites d'un seul coup...

    Et, pour finir, une très jeune fille avale soigneusement les glands sans cesser de branler les bites, ce qui plait à tout le monde...

     

     

    Chapitre 32 > Je fais mes comptes

     

    Le jury a un problème, et il annonce qu'il est presque impossible de différencier les prestations de la 5, la 9, la 11, la 10 et la 8 - donc moi -

    Finalement le speaker annonce que devant la qualité des participantes, Madame a décidé d’élargir les gains ! La 5 et la 8 gagnent 1.000 euros et la 9, la 10 et la 11, 500 euros...

    Je suis souriante car j'ai pompé à fond pour gagner ce prix... par fierté, pour moi et pour mes nouveaux Maîtres, mais aussi et surtout par vice !

    Je reviens au salon avec mes deux billets de 500 euros et Mygale me dit simplement "à moins de 1.000 euros tu aurais été punie mais là ça va !"...

    Et nous quittons le salon en passant avec Mygale chez Madame qui me redonne mes vêtements et mes bijoux, le CD de mes séances avec des photos et des films de toutes mes prestations et mes enveloppes que je prends sans les ouvrir...

    Nous la saluons et quelques minutes plus tard, Scorpion démarre l'auto. Mygale allume la lumière et me donne trois enveloppes : "Tiens, tu as 300 euros des jeunes de l'entrepôt, 1.200 euros des joyeux campeurs et 100 euros de pourboire que t'ont laissé les jeunes gens du salon, qu'est ce que Madame t'a donné ?" J'ouvre les enveloppes : 1.000 euros de la sado, 1.000 euros du photographe, 800 euros des 3 filles et 600 euros du jeune couple... soit 4.400 euros en comptant le concours plus les 1.600 de Mygale... Soit 6.000 euros, presque le double d'un mois de salaire avec une grosse prime, et, ce en quelques heures : ça n'encourage pas à rester honnête...

    En ouvrant la porte pour me laisser sortir, Mygale me rappelle que j'ai un rendez-vous à 3h du matin et qu'elle veut des photos... Je la rassure en lui disant que je n'ai pas oublié.

    Il est 20h quand je récupère ma voiture, je vais donc être à l'heure pour le dîner et je sais qu'Yves m'attend... Et quand j'arrive devant la maison, la lumière du salon brille en effet... Je suis contente de revenir dans mon chez moi et de retrouver l'amour de ma vie...

    FIN

    Suite dans le travail nocturne de Loré >


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :